mercredi 8 février 2017

recette simplissime : pain de mie maison

Bonjour !

Aujourd'hui, une recette de cuisine bien basique, et quoi de plus basique ? le pain pardi !

Chez nous, on est très pain de mie, et comme on n'aime pas trop les emballages plastiques et les additifs du pain de mie du commerce, je fais le pain moi-même grâce à ma machine à pain !




Au début, quand l'idée à germer dans ma tête de faire le pain moi-même, je voulais être sûre de mon coup. Car acheter une machine à pain, qui prend une place folle, pour faire une seule chose... on est loin du minimalisme ! Après avoir goûter du délicieux pain maison chez une amie et chez mon frère, j'ai fini par sauter le pas. J'ai acheté ma machine à pain Moulinex d'occasion à un gars qui avait du l'utiliser deux fois (avant de se rendre compte qu'il était plus simple d'acheter le pain à la boulangerie)... donc comme neuve !

Passons à la recette :)

Ingrédients :
- 1 sachet de levure boulangère
- 190g de farine de blé complète
- 200g de farine de blé
- une cuillère à café de sel
- 180 mL de lait (lait végétal pour une version vegan)
- 50 mL d'eau
- 20 mL d'huile d'olive
- 2 cuillères à soupe de miel (ou sirop d'agave pour une version vegan)

On met tout dans la cuve de la machine à pain dans l'ordre, on remet la cuve dans la machine, programme 6 (pain sucré), 750g et cuisson au max, c'est parti pour 3H20 !
La machine pétrit la pâte, elle la laisse lever et elle la cuit.


En vrai, c'est deux fois plus gros... 


J'avais trouvé cette recette sur le net et à la base il y avait du beurre fondu. Mais pour simplifier, je l'ai remplacé par de l'huile d'olive (vraiment ça ne se sent pas). Pour la partie des ingrédients liquides, je verse les ingrédients directement dans mon verre doseur, 180mL de lait, puis je rajoute de l'eau jusqu'à 230mL, puis l'huile d'olive jusqu'à 250mL.

Depuis que j'ai la machine, je ne fais que cette recette, d'un côté elle n'est pas très exploitée, mais d'un autre, je fais la recette les yeux fermés en moins de 5 minutes. Et ce n'est pas une corvée de faire le pain, faut juste être dans le coin pour sortir le pain 3H20 après.

Le seul inconvénient de faire son pain soit-même c'est d'avoir assez de farine, et quand on l'achète en vrac, c'est plus compliqué d'acheter des grosses quantités. Alors parfois, j'achète aussi des baguettes au magasin bio avec un sac à pain en tissu, en mode zéro-déchet. Mais le pain de mie maison c'est tellement meilleur !


Coralie :)

jeudi 2 février 2017

l'émission qui fait du bien


Vous avez le moral en Stéphane berne, je me trompe ? Rocket Juice à la rescousse !
 Voici un documentaire qui devrait raviver la flamme qui brûle en chacun de nous  :  
Cosmos, A Spacetime Odyssey



"You. Me. Everyone. We are made of star stuff."

Cette série de documentaires en 13 épisodes de 45 minutes chacun va vous faire découvrir l'histoire du monde comme aucun autre documentaire avant lui. Reprenant l'émission de Carl Sagan, l'astrophysicien Neil deGrasse Tyson nous plonge au plus profond de la Vie avec intelligence et bienveillance. Tout est simple et évident, et chaque épisode nous rend heureux. Heureux car il nous montre que la magie est partout pour qui sait la voir. On est proche du merveilleux tant on en ressort grandit.

Cette émission est ce dont on a le plus besoin en ces temps troublés. En ces temps où chacun vit pour soit et où l'égocentrisme ne laisse que peu de place à la compassion. D'une certaine façon elle explique tout ce que j'essayais maladroitement de dire dans mon billet d'humeur daté du 20 janvier. De l'infiniment petit à l'infiniment grand, du défini à l'indéfini, de la lumière à l'obscurité, elle aborde des notions qui dépasse l'entendement et approche au plus près du mystère de la Vie. Elle nous emmène à des années-lumière toucher les étoiles et nous ramène sur Terre pénétrer le secret de l'évolution. Elle nous fait voir grands, elle nous fait voir petits, elle nous fait voir les yeux grands ouverts. Elle nous fait rêver et elle nous fait aimer.

Prenez le temps d'embarquer pour ce voyage inédit et reconsidérez vos petits tracas. Vous éteindrez votre poste de télévision le cœur rempli comme un soleil et l'envie de déplacer des montagnes !


"Cosmos est une vraie bouffée d'oxygène. Ludique, beau et passionnant de bout en bout."

"Ce que la télé peut faire de mieux, de la vulgarisation de haut vol, du genre de celle qui donne envie de remonter le temps pour choisir une filière scientifique. Du rêve, de la réflexion et un peu d'espoir..." 


★ ★ ★ ★ ★

  
 




Cosmos, A Spacetime Odyssey, disponible sur Netflix et en DVD et Blu-Ray


Mélisande 


vendredi 27 janvier 2017

peut-on être écolo sans être minimaliste ?


Tout d'abord, je vais donner ma définition d'écolo et de minimaliste.
Selon moi être écolo, c'est chercher à avoir le moins d'impact négatif possible sur l'environnement et les êtres vivants. Être minimaliste, c'est éliminer au maximum le superflu pour se concentrer sur l'essentiel. Dans les deux cas, c'est plus un but vers lequel on tend qu'un état en soi. La perfection n'est pas de ce monde.




Comment se traduit l'écologie dans notre consommation de tous les jours ?

En regardant la provenance de l'objet, sa fabrication, le chemin qu'il a parcouru pour venir jusqu'à nous, les conditions de travail de la personne qui l'a fabriqué, l'entreprise qui va s'enrichir grâce à nous, les matières utilisées, sa durabilité, son impact sur les animaux... beaucoup de questions à se poser... et parfois ça peut être décourageant. 
Sans parler du fait qu'un objet écologiquement irréprochable (si cela existe) a un coût bien plus élevé.

Alors je pense qu'on ne peut pas tendre vers un style de vie écologique sans devenir minimaliste... 

Il y a quelques années de ça, quand je ne me posais pas trop de questions,  ma salle de bain était remplie de cosmétiques. Gommage pour le visage, gommage pour le corps, shampooing, après shampooing, masque pour les cheveux, pour le visage, contour des yeux, sérum, maquillage à gogo (que je n'utilisais pas vraiment), vernis à ongles, différents produits d'épilation, parfums.... et pourtant je n'étais pas une fille spécialement tirée à 4 épingles ou accro aux cosmétiques. Juste "normale". 
Si j'avais voulu remplacer chaque élément par une version bio / locale/ équitable / cruelty free, j'en aurais passé du temps à checker les étiquettes, à vérifier l'éthique de chaque entreprise, et cela m'aurait coûter une petite fortune !
 
J'ai forcément du passer par une phase de désencombrement.



Aujourd'hui nos produits d'hygiène sont très limités , un seul savon et un seul shampooing pour toute la famille. Un nombre limité de produits pour ma peau, de moins en moins de maquillage  (on pourrait aussi parler du cas du fond de teint qui nous sert à cacher des imperfections que lui même provoque), plus de vernis à ongles. Et il y a aussi énormément de produits de la cuisine qui sont très utiles pour remplacer les gommages et masques pour le visage.
Pour chaque chose, je sais d'où ça vient, c'est beaucoup plus simple quand il y en a moins... comme on dit "consommer moins mais mieux". Alors bien sûr rien n'est parfait, dans ma trousse à maquillage il y a un rouge à lèvres d'une marque grand public qui fait presque flipper tellement il tient toute la journée.  Quand je l'ai acheté, j'étais déjà dans une démarche écologique et j'assume complètement mon acte irresponsable, parce que je le vaux bien.  Mais c'est déjà un progrès par rapport à une époque où chaque achat était complètement irréfléchi. 

J'ai donné l'exemple des produits d'hygiène mais ça s'applique à tous les aspects de la vie quotidienne : alimentation, vêtements, loisirs, voyages. Et c'est à chacun de décider ce qui peut être simplifié et ce qui reste essentiel dans sa vie. 


Je suis persuadée qu'un style de vie écolo ne peut pas se faire sans lâcher quelques trucs au passage...


Coralie :)



vendredi 20 janvier 2017

juste une mise au point

 






On vit dessus, on marche dessus, on respire, on aime, on court, on rit, on pleure, on vole. On se dispute, on crache, on crie, on tue. On salit. On oublie. On oublie que l'on est infimement ridicule. Qu'est-ce que l'Homme représente aux yeux de l'univers pour être si prétentieux ? Réponse : rien (Rick Hunter riprizent) Vous vous sentez meilleur que les autres avec vos pompes dernier cri ? Vous ne vous sentez plus pisser parce que vous êtes passé à la TV ? Vous pensez que votre vie mérite toute l'attention du monde parce que vous réussissez mieux que les autres ? Vous pensez que 82K likes sur Instagram font de vous le roi du monde ? Dîtes-vous bien que le Monde s'en fout. Vous n'êtes rien. 

Dans 100 ans on vous aura oublié.

Le temps d'un clignement d'œil au regard de l'univers.

Si vous voulez laisser une trace, changez le monde ! Aimez, vivez, transmettez. Respectez. Préservez. L'environnement, la vie, l'amour, l'oxygène, l'eau. Pour que les générations futures puissent vous remercier. Pour que les autres espèces puissent exister encore longtemps. Pour qu'on puisse tous vivre sur Terre encore quelques milliards d'années. 

On vit chacun sur sa planète sans avoir les pieds sur Terre. Il est parfois bon de prendre du recul et de se rappeler avec humilité que l'on ne fait que passer. On est rien. De prétentieux petits riens qui n'avons la chance d'être en vie que par un heureux hasard.

Personne n'a besoin de nous. La Terre n'a pas besoin de nous.

En revanche, nous sans elle, nous ne sommes plus rien, nous n'existons plus du tout. Nous lui devons tout (si cette phrase sonne comme un slogan d'autocollant, tant pis). Alors pensez-y avant de jeter votre plastique gras de pizza surgelée ou d'acheter une fringue dégueulasse pleine de produits chimiques. La Terre vaut mieux ça. Et même si nous sommes des petits riens, nous aussi on vaut mieux que ça.



crédits photos // la Terre vue de la Lune lors de la mission d'Apollo 11 (1969, N. Armstrong, M. Collins et E. Aldrin) et la Terre vue de l'ISS par Thomas Pesquet (2017)





Mélisande


mardi 17 janvier 2017

7 trucs pour prendre de bonnes habitudes

Aujourd'hui, un peu de développement personnel, parce que, personnellement, j'adore me développer !
On dit souvent qu'il faut changer ses habitudes de consommation, mais les habitudes ce n'est pas facile à changer.  J'adore tenter des trucs nouveaux et des fois ça prend, des fois ça prend pas. Et petit à petit, j'ai compris pourquoi...


1 / On oublie le mythe des 21 jours. Combien de fois j'ai lu qu'il fallait 21 jours pour mettre en place une habitude ? C'est très tentant, mais cette étude n'est même pas une étude. En 1960, le Dr Maxwell Maltz, un chirurgien plastique, a constaté qu'il fallait en moyenne 21 jours à un patient amputé pour s'adapter à la perte d'un membre. On est bien loin de « J'arrête de manger mes crottes de nez en 21 jours »...


2 / On ne fait que ce qu'on a vraiment envie de faire. Si on se lance dans quelque chose juste parce qu'il faut le faire, ça ne tiendra pas longtemps. Alors on se pose la question si c'est vraiment fait pour nous, et si ça va vraiment améliorer notre vie.


3 / Pour créer une nouvelle habitude, c'est mieux de l'associer avec une autre habitude déjà bien ancrée. Je vis à Barcelone et un de mes buts est de bien parler l'espagnol. N'ayant jamais pris de cours (allemand première langue, youhou!), j'ai acheté une méthode pour apprendre avec une petite leçon à faire chaque jour. Combien de fois j'ai commencé puis laisser tomber ! Je le faisais le soir avant de me coucher (parce qu'il paraît que c'est mieux, si si y a des « études » qui le disent), mais souvent après une journée fatigante, j'avais plus envie de me coucher que de bosser ma leçon. J'oublie une fois, puis deux... Mais ces derniers temps (et ça a l'air de tenir), je fais ma leçon systématiquement en prenant mon café après le repas du midi. Et cette habitude du café est une habitude bien ancrée, par association d'idées café = leçon d'espagnol.


4 / On se donne les moyens de tenir la nouvelle habitude. Faire ses propres yaourts ? Toujours avoir du lait, des pots et des ferments d'avance. Passer du sopalin aux chiffons ? Faire un bon stock de chiffons facile d'accès. Quand on lance on nouvelle habitude, le moindre grain de sable dans le rouage fait tout arrêter.


5 / Une nouvelle habitude à la fois. Au début quand on se lance, on est tout feu tout flamme, on pourrait soulever des montagnes, alors on décide de tout changer.  Puis les jours passent et le quotidien nous rattrape et on laisse tout tomber car on ne peut pas tout gérer en même temps. Alors on se concentre sur une nouvelle habitude à la fois, puis petit à petit, elle deviendra automatique, on la fera sans même y penser comme se brosser les dents. Et là, on pourra passer à la suivante...


6 / Un "petit peu" tous les jours, c'est mieux que "beaucoup" jamais... Une bonne habitude, c'est plus facile à suivre quand ça ne prend pas beaucoup de temps. Pendant une période, j'étais inscrite dans une salle de sport, et j'ai remarqué que moins j'y allais... moins j'y allais ! Parce qu'à chaque fois que je manquais une séance, je me mettais la pression pour la prochaine... et j'avais encore moins envie d'y aller. C'est un cercle vicieux, et au final, je n'y allais plus du tout. Aujourd'hui, plus de salle, je fais quelques exercices le matin avant ma douche, ça me prend 15 minutes max. J'ai trouvé le temps pour m'enfiler 7 saisons de Vampire Diaries sur Netflix, je pouvais bien trouver 15 minutes par jour pour ma santé :) 


7 / On se détend ! pas grave si on s'est laissé aller un jour. On reviendra sur les rails le lendemain. A vouloir être trop parfait, on peut s'épuiser et tout laisser tomber. Les bonnes habitudes, on les prend d'abord pour soi.

Certaines de ces astuces sont issues du livre de Léo Babauta L'art d'aller à l'essentiel. L'auteur explique comment se simplifier la vie, éliminer le superflu pour se concentrer sur ses objectifs essentiels et avancer dessus petit à petit chaque jour. C'est un livre de développement personnel, comme tous ces livres, c'est une expérience de vie pas une formule magique, chacun pioche ce qu'il veut pour l'adapter à sa vie.  Après la lecture de ce livre, je revois mon organisation pour passer des interminables to-do list à une routine quotidienne qui va dans le sens d'une vie meilleure. Et plus que jamais "poco a poco", doucement mais sûrement... 

Et vous, quelle habitude avez-vous envie de mettre en place ?

Coralie :)

vendredi 13 janvier 2017

bienvenue dans la matrice



Cette semaine je me baladais en chantant lalala sur internet et je suis allée faire un tour sur Flickr. Comment ce bon vieil album photos se porte-il ? D'ailleurs qui utilise encore Flickr ? Et Myspace ? J'adorais Myspace, c'était ma petite maison virtuelle avant que je ne déménage sur Facebook il y 8 ans. 8 ans ! Un paquet de photos et de messages échangés, en public comme en privé. Des statuts souvent obsolètes commentés et recommentés (grâce aux souvenirs Facebook, merci Facebook). 

Imaginez maintenant le nombre de vos publications multiplié par le nombre d'utilisateurs d'internet, qui doit avoisiner trois milliards (4 d'ici la fin de la décennie). Prenez en compte que ces mêmes individus possèdent tous au moins une boîte mail. Pensez également qu'aujourd'hui, nombres d'entre ont aussi Twitter, Blogspot, Instagram, Snapchat ou n'importe que site d'hébergement, le tout accessible partout dans le monde n'importe où et n'importe quand. On croirait le discours d'adieu de Bilbo à la Comté tellement ça devient alambiqué, personnellement à ce stade j'ai arrêté d'essayer de concevoir des multiplications.

Comme ces lignes que vous êtes en train de lire, chaque information délivrée sur le net est aussitôt traitée, compulsée, enregistrée et archivée dans un centre de données. Ce gigantesque "nuage" de mémoire informatique, le fameux cloud, a un énorme impact sur l’environnement car il grandit un peu plus chaque jour. À chaque photo que vous postez, à chaque mot que vous écrivez, à chaque smiley que vous envoyez, il grignote un peu plus de place et d'électricité. 


"Selon certaines estimations, la pollution générée par l’industrie du net et son impact sur le climat sont équivalents à ceux du secteur de l’aviation." Greenpeace


Actuellement, des mouvements comme Greenpeace tentent de sensibiliser les géants du net à cette nouvelle source de pollution énergivore et les poussent à se tourner vers les énergies renouvelables (on peut d'ailleurs consulter le classement énergétique de nos sites favoris ICI). 

Et de nous sensibiliser nous, derrière nos écrans. Car nous pouvons tous réduire cet impact l'espace de quelques clics. Il nous suffit de :

  1. vider nos boîtes mails (pensons aussi aux spams et aux messages envoyés)
  2. limiter l'envoi des courriers avec de trop grosses pièces jointes
  3. éviter de manière générale tout stockage inutile ou en double
  4. penser à vider régulièrement nos corbeilles
  5. supprimer les messages publics et privés et les statuts qui ne sont plus d'actualité (comme notre annonce sur Twitter pour trouver un covoiturage Lille-Marseille le 18 août 2015 ou celle sur Facebook pour vendre notre vieux sèche-cheveux, non vraiment, le monde a t-il besoin de conserver ces infos ?)
  6. trier nos photos sur internet (a t-on vraiment besoin de garder la photo de Gilles le cul à l'air au nouvel an 2012 ? mmm, oui celle-ci peut-être, en revanche la photo de la bouteille Coca portant notre prénom, bof) 
  7. se désabonner des newsletters qui encombrent nos boîtes mails et qu'on ne prend jamais le temps d'ouvrir

Voyez ça comme le désencombrement de votre maison version web. On y voit plus clair et on évite même qu'un mauvais souvenir vienne nous hanter depuis les tréfonds de l'internet !





Mélisande 


mercredi 11 janvier 2017

bonne année !

© Coralie Vallageas


Coucou tout le monde ! 


Toute l'équipe de Rocket Juice vous souhaite une belle année 2017 !
On vous souhaite de profiter des petits et grands bonheurs de la vie, d'avancer à votre rythme, de tester des tas de choses et de vous planter lamentablement pour vous relever toujours plus fort, car en 2017 comme en 2016, on ne baisse pas les bras ! En 2017 comme en 2016, on a toujours qu'une seule planète, alors on en prend soin ! 

Cette année, on a envie d'être optimiste. Vous le sentez vous aussi ? On est à l'ère d'un changement de société et pas nécessairement dans le mauvais sens ! De tout temps l'être humain a modifié et pollué son environnement et ça ne date pas de l'ère industrielle, les romains déjà polluaient (allez voir cette vidéo de Passé Sauvage hyper intéressante à ce sujet, ça fait relativiser...). Seulement aujourd'hui, on a la chance de pouvoir faire circuler l'information comme jamais auparavant. On peut partager nos trucs et astuces à la vitesse de la lumière pour une planète plus heureuse... et c'est notre meilleure chance de changer le monde !

Alors en route pour une année responsable, une année humaine et solidaire, une année pleine de découvertes positives. Une chouette année 2017 qui prend soin de la planète !



L'équipe du Rockey Juice