mardi 28 février 2017

rockestionnaire #6


Après plusieurs mois d'absence, le rockestionnaire is back ! Et pour démarrer cette nouvelle année, c'est Angélique qui se prête au jeu de notre questions-réponses !

Angélique et son bidon tout rond lorsqu'elle attendait l'un de ses petits choux


1/ Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je m’appelle Angélique, j’ai 36 ans, 3 enfants et je suis professeur des écoles.


2/ Te sens-tu l'âme écolo ?
ça dépend des jours. Parfois je suis très fière de moi, de ce que je mets en place personnellement mais aussi professionnellement pour faire passer le message à mes élèves notamment. Et parfois, je me sens pas du tout écolo, limite la pire des « pétrolières » du monde parce que j’ai la flemme ou juste parce que je n’ai pas le choix…
Globalement, on peut dire quand même que je fais tout mon possible pour limiter mon empreinte et celle de ma famille sur la planète !

3/ Dans l'éducation que tu as reçue, y avait-il une conscience écolo ?
Pas spécialement. Je me rappelle avoir vu mes parents jeter des papiers par la fenêtre de la voiture en étant gamine… Donc on peut pas dire que j’ai eu une éducation spécialement écolo! Mais ça n’était pas propre à ma famille je pense. A l’époque, personne n’avait conscience que la pollution, c’était le mal et qu’il fallait protéger la planète. On commençait juste à entendre les messages de WWF pour sauver les pandas !


4/ Si tu en as eu un, quel a été ton déclic ? Une rencontre, un reportage, un livre ?
Mon déclic a été ma première grossesse. Enceinte, je me crémais très souvent d’anti-vergeture et je me souviens avoir entendu à la radio une étude sur les parfums et leurs méfaits sur la croissance des fœtus. J’ai été interpellée et je me suis dit que ce qui était valable sur les parfums l’était certainement sur beaucoup d’autres produits. J’ai commencé à faire des recherches sur internet et là...surprise ! L’horreur ! Je n’avais jamais réalisé qu’il y avait des polluants dans nos cosmétiques mais surtout dans notre alimentation. Quand mon fils a eu 6 mois et qu’on a commencé sa diversification, il m’a donc semblé évident de lui donner des produits bio. On a démarré l’expérience avec Les paniers de Martin qui nous livraient un panier de produits bio, locaux et de saison, chaque semaine. Puis très vite, on est passé au tout bio, pas seulement les légumes mais toutes nos courses. Nous n’avons pas la chance d’avoir un boucher bio à proximité, mais à chaque période de vacances scolaires, nous allons nous fournir pour la quinzaine en viande dans une ferme bio, la ferme du Milon à Chaponost.


5/ Quelles sont tes bonnes habitudes ?
On est au tout bio niveau alimentation mais aussi en cosmétiques avec comme fournisseur officiel M&Oz et le plus possible en produits d’hygiène (cup plutôt que tampons, produits rechargeables et recyclables etc). On s’est aussi équipés de bocaux en verre pour pouvoir acheter du vrac pour tous nos produits quotidiens (pâtes, riz, graines etc)


6/ Quelle serait ta prochaine étape ?
Ma prochaine étape c’est la culture de légumes bio dès qu’on aura racheté une maison :-) J’aimerais aussi arriver à ce qu’on puisse se passer de gluten mais si ça doit se faire, ce sera sur le long terme !


7/ Ce qui t'énerves le plus au quotidien ?
Ce qui m’énerve le plus au quotidien, au niveau mondial, c’est de voir aux infos des pollueurs internationaux qui continuent leur petit trafic sans être inquiétés. Ils tuent notre planète – et donc nous ! - à petit feu et tout le monde trouve ça normal… J’aimerais qu’il y ait une puissance internationale de consommateurs qui s’élève et qui arrête ce genre d’absurdités.
Au niveau local, ce qui m’agace le plus c’est d’entendre des gens dire « ah le bio, ça sert juste à te faire claquer plus de fric, c’est marketing ! ». J’ai du mal à comprendre que des gens intelligents, cultivés, instruits puissent avoir ce genre de raisonnement…


8/ Quelle est ta plus grosse honte ?
Ma plus grosse honte c’est de consommer de l’eau en bouteille. :-( pas le choix : l’eau distribuée dans l’appartement qu’on loue actuellement est dégoûtante au goût mais laisse aussi un dépôt rougeâtre sur notre égouttoir… Elle ne nous inspire pas confiance :-(


9/ Une habitude vraiment pas bien à nous avouer ?
J’avoue que je n’aime pas du tout compresser les bouteilles pour les recycler. Heureusement que j’ai un mari qui le fait pour moi ! Il râle, mais il le fait ! :-)


10/ Une astuce à partager avec nos lecteurs ?
Pour apporter sa pierre à l’édifice et protéger sa santé, il faut y aller en douceur : entrer dans le bio par les œufs et le lait, puis petit à petit des produits qu’on trouve en supermarché. Par contre, il faut TOUJOURS regarder les étiquettes : parfois, les produits bio comportent des additifs encore pire que ceux des produits que j’appelle « pétroliers » ! Et une règle d’or : consommer au maximum des produits locaux donc français et de saison.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire