samedi 18 mars 2017

du "SENT-BON"






























Son chez-soi, son doux foyer, son antre, on aime s'y sentir bien...
Une poubelle pas sortie, le poisson cuit du midi, les chaussures dans l'entrée, la litière du chat :
les mauvaises odeurs ne participent pas au sentiment de bien-être recherché, on est bien d'accord...
On a souvent recours à un "sent-bon" : encens, bougie, papier d'Arménie, huiles essentielles ou pire encore ; le pschit d'air-pouic. 
Ces petits gestes que l'on croit anodins sont en fait source de pollution de notre air intérieur.

Le ministère de l'écologie, de la santé publique, ne cessent de se pencher sur la question. Il s'agissait d'interdire certains produits à émissions nocives. Benzène, formaldéhyde (encore lui), acétaldéhyde acroléine et autres abominations seraient présents dans nos "sent-bon". Mais le marché de ces vilains doit peser lourd, car point de véritable interdiction ni étiquetage pour le moment, et nous achetons toujours plus de ces poisons, +15% chaque année. Pourtant ils sont bel et bien responsables de maladies respiratoires chroniques, un coût astronomique pour la santé publique et un véritable cauchemar pour les malades.

Avez-vous déjà vu cette étiquette??? En projet depuis 2013 dans un  plan national pour la qualité de l'air intérieur et pour pouvoir identifier les produits à émissions nocives, on la trouve déjà sur les produits type peinture murale, pas encore assez répandue, on attend avec impatience son application sur les objets liés à la décoration, sur les bougies et sur les meubles...

Or, toute combustion pollue. Acheter une bougie Bio, en cire végétale avec une mèche en coton et tout le tra la la, relâchera peut-être moins de composés organiques volatils (COV), acroléine et formaldéhyde, mais un peu tout de même. Oublions le bâtonnet d'encens diffusant plusieurs microgrammes de benzène au mètre carré et qui voyageraient jusque dans les alvéoles de vos bronches. Bannissez définitivement les aérosols. Quant au petit papier rose que l'on brûle, se vantant être le plus sain, (aux dires des analyses effectuées à la demande des fabricants, par des laboratoires secrets et sans noms) même en faible quantité, il en dégage malgré tout...
Pour les huiles essentielles, attention, leur utilisation n'est pas sans danger! Elles peuvent être allergisantes. Toutes ne sont pas adaptées aux plus fragiles, enfants comme animaux, et ce ne sera jamais qu'un cache misère pour les mauvaises odeurs.

Notre allié reste l'air du dehors (pour peu qu'on ne vive pas au bord de la nationale), aérer au moins dix minutes par jour, de préférence le matin. Pour les mauvaises odeurs occasionnelles: reste à accepter que le caca ça ne sent pas bon, mais c'est comme ça! Un bouquet de lavande séché, des écorces de cannelle, des peaux d'agrumes, un spray maison à base de vinaigre ou d'alcool, le net regorge d'astuces de grand-mères si vraiment vous ne pouvez vous passez d'un sent-bon.

Plus vous supprimerez les recours aux artifices, meilleure sera la santé de vos bronches et la qualité de votre air intérieur. Sans compter que vous achèterez moins de produits inutiles. La low-conso, c'est toujours une petite victoire; moins de sous pour les méchants c'est tout bénéf pour votre karma, votre porte-monnaie et surtout votre santé.


Sources // UFC que choisir, Allodocteurs, et la plus récente sur le site du sénat



Aurélie, LaVilaine!



mercredi 8 mars 2017

Ces produits qui ne passent plus le seuil de ma porte







Je me suis rendue compte, alors qu'une amie me demandait si j'utilisais toujours du film étirable, que beaucoup de produits avaient quitté ma liste de courses, mon panier, mes placards...
Chez moi, ça commence toujours par un soucis d'économie: pauvre, pingre, peu importe, et un peu paranoïaque aussi: Ainsi les vilains créaient des produits inutiles pour nous asservir et nous voler nos sous! mouhahahaha (rire diabolique)

  1. le produit à vitres (pourquoi c'est bleu? pourquoi ça prend à la gorge?) remplacé par le vinaigre
  2. crème à récurer remplacée par le combo bicarbonate + vinaigre
  3. film étirable/papier d'alu (même combat) inutile quand on peut mettre le reste dans un bol avec une assiette dessus, ou même dans un récipient en verre avec couvercle (bol de cornichon recyclé à cet effet)
  4. le coton remplacé par les cotons lavables
  5. le démaquillant remplacée par l'huile de coco solidifiée que l'on étale avec les doigts
  6. les désodorisants (mais je vous rassure on a gardé les déodorants, on tient à notre vie sociale)
  7. les répulsifs moustiques remplacés par la prise bleue magique
  8. le vilain papier essuie-tout remplacé par les chiffons c'est très bien non? (mais je pense garder le papier toilette)
  9. les mouchoirs en papier sous emballage plastique (je plaide coupable pour la boite carton de mouchoirs en papier, que je plie dans une petite trousse. j'ai un problème avec le mouchoir en tissus, le simple fait de devoir les nettoyer, ça me répugne, souvenir d'enfance d'un mouchoir mal lavé). Souvent aussi, je récupère la serviette de table en papier du restaurant, si elle n'est pas sale, glissée dans le sac elle servira forcément.
  10. une collection de shampoings, de déodorants, de crèmes pour le corps adaptés à chacun : on utilise plutôt des formats familiaux, neutres, qui conviennent à tout le monde et dont tout le monde peut se servir. On cesse d'acheter des trucs qui sentent la fraise ou je ne sais pas quoi, ils ne se mangent pas que je sache ?
  11. les yaourts aromatisés : j'ai souvent la flemme de faire moi même mes yaourts mais j'ai trouvé une marque, 500g de yaourt nature dans un bac carton, on agrémente avec ce que l'on veut (confiture, morceaux de gâteaux, sirops, morceaux de fruits), ça rend le dessert ludique et super varié.
  12. me vient en tête : le pyjama. Je n'ai jamais plus acheté un pyjama lorsque j'ai décidé de recycler en chemise de nuit une petite robe d'été un peu défraîchie mais encore chère à mon coeur... un legging un peu passé pour ma fille avec un haut troué mais rafistolé, ou un peu tâché mais customisé, nos lits ne jugent pas nos tenues pour aller se coucher.
  13. les sacs poubelles (j'ai malheureusement un stock qui semble inépuisable, je récupère tout ce que je peux, j'achète une nouvelle housse de couette, elle est dans un plastique, hop, ce sera un sac poubelle... pas de taille standard pour mon container, tant pis, on fait avec)
  14. les post-it : je découpe mes boites de thé et autres, pour faire des petites fiches, pense-bête. Mes collants sont emballés autour d'un carré de carton, ma fille les récupère pour dessiner.
  15. les déboucheurs, un siphon ça se démonte et se nettoie, il existe aussi la magique ventouse de toujours et puis un coup d'eau bouillante-vinaigre-citron en entretien régulier des canalisations si ça marche pour moi, ça marchera pour vous.


Moins de dépenses (mon fer de lance), des sacs de courses moins chargés, un chez-soi moins encombré et l'espoir de voir disparaître les produits incriminés, ces bons à rien et mauvais en tout !




Aurélie, LaVilaine!